Et vous, qu’allez-vous automatiser (leçon de réalité inside) ?

D’après McKinsey Global Institute, le travail de 375 millions de professionnels sera automatisé d’ici 2030. Tous les secteurs sont concernés. Il restera toujours des actions à faire pour les humains, mais elles sont en train de changer.

Lesquelles ? Où est-ce que ça va bouger ?

Des révolutions importantes sont en train d’arriver, et elles ne sont pas toujours encore bien visibles. Parce que, pour les anticiper, encore faut-il avoir une idée de ce qui arrive. Difficile de savoir ce qu’on va davantage automatiser si on n’a pas déjà une vision pratique et concrète de ce qui est déjà existant. Par exemple, on parle beaucoup d’automatisation des messageries avec les chatbots, l’intelligence artificielle pour nous répondre en temps réel, etc.

Sur ce sujet, j’ai vécu récemment en animant une journée de conférences à Cloud Expo Europe une anecdote autour de Facebook/Whatsapp qui m’a marqué.

J’ai demandé dans la salle, à une bonne centaine de personnes assises – pour la plupart des entrepreneurs, managers dans des entreprises parfois importantes-, QUI utilisait Whatsapp ou Facebook Messenger. Trois ou quatre mains seulement se sont levées.

Or Whatsapp, c’est bientôt près de 60 milliards de messages privés envoyés PAR JOUR dans le monde. Au niveau mondial, les SMS représentent plus de 20 milliards de sms par jour. Ne retenez que les ordre de grandeur, je sourcerai une autre fois les chiffres précis.

Voilà à quoi ressemble Whatsapp (des groupes de discussion, à plusieurs ou en individuel), et ça s’interface avec votre téléphone mobile :

Dans la salle, tout le monde savait ce qu’était un SMS et avait expérimenté l’envoi de messages de 140 signes depuis son mobile.

Par contre, personne ou presque n’avait d’expérience sur un mode de communication presque 3 fois plus important, et à la croissance bien plus rapide au niveau mondial. Bien sûr, certaines personnes utilisaient peut-être une messagerie collective en temps réel au boulot.

Mais quand même. Cela dit, même moi, j’aurais pu passer à côté de la connaissance de cet outil si on ne m’avait pas un jour ajouté à un groupe.

Cette anecdote représente ce qui se passe en ce moment : des choses bougent vite dans les univers B2B et B2C, c’est planqué sous la surface et vous ne les voyez pas forcément. Whatsapp ou autre, peu importe, ce n’était qu’un exemple.

On voit alors la distance à parcourir pour aller vers des pratiques qui représentent de grands changements dans le business, comme le Social Selling.

Vous comprenez d’autant mieux pourquoi, en expliquant ses pratiques et ses techniques, nous avons surtout l’impression, avec Social Selling Club, d’aider les gens à comprendre dans quelle direction notre monde est en train d’aller.

L’article en anglais sur les chiffres McKinsey : http://money.cnn.com/2017/11/28/technology/job-automation-report/index.html

A propos de l'auteur

Didier Castelnau

Didier Castelnau est fondateur du site Social Selling Club.

Publier un commentaire

* champ obligatoire