Chaque mise à jour de Linkedin mérite d’y passer un coup d’oeil. Avec 17 millions de visiteurs uniques par mois en France selon Médiamétrie, la plateforme ne peut plus être négligée dans une stratégie de vente / marketing B2B.

Le 22 mars 2017, Linkedin a mentionné le lancement d’une “nouvelle” fonction liée au contenu éditorial : Trending StoryLines. De quoi s’agit-il ?

Rangée dans une nouvelle rubrique Trends, c’est la curation d’articles et de “sujets chauds” de diverses sources (blogs, presse, etc.) partagés par les membres de votre réseau ou sélectionnés par l’équipe Linkedin, avec un tri et une personnalisation complétés par des algorithmes d’intelligence artificielle, de ‘machine learning’ censés pousser des articles liés à vos centres d’intérêt.

 

Vous remarquerez que dans sa courte vidéo explicative, Linkedin communique d’abord sur sa version mobile et ne cherche même pas à montrer la partie desktop. Il va falloir s’habituer au ‘mobile first’. D’après StatCounter, le trafic mondial sur mobile et tablettes a dépassé en octobre 2016 celui sur les ordinateurs de bureau.

Si cette fonction Trending Storylines n’est pas visible sur votre compte, c’est normal : elle est d’abord lancée aux Etats-Unis pour la version anglaise, et sera déployée sur l’ensemble des pays progressivement.

A priori, on dirait juste une simple amélioration cosmétique. Le ‘feed’ auquel on est déjà habitué partage depuis longtemps des contenus, mais il pourrait être davantage recentré sur des interactions (statuts, commentaires) de votre réseau. Petite nouveauté, chaque actualité aura un hashtag unique, ce qui peut aider à partager l’info ou la retrouver.

Oui, mais ça change quoi pour faire du business ?

Aujourd’hui, il existe plusieurs stratégies et approches possibles pour développer ses affaires avec Linkedin. On peut vouloir développer une visibilité en se positionnant comme expert de son secteur, en commençant par liker ou partager des contenus.

L’étape suivante : publier des articles ou animer des groupes pour créer l’intérêt, la crédibilité, et faire venir à soi en valorisant sa connaissance du secteur et la valeur ajoutée de ses offres. C’est le principe de l’inboud marketing.

Autre possibilité : considérer Linkedin comme un vivier de contacts et chercher à les solliciter plus directement via la messagerie, ou de façon traditionnelle avec l’emailing. Une nouvelle forme numérique du cold calling, de l’appel à froid réchauffé en fonction des informations disponibles sur ses prospects.

Autre piste complémentaire : exploiter la régie publicitaire du réseau social pour viser un public précis.

On se rapproche alors de l’outbound marketing : on va au contact des acheteurs potentiels qui nous intéressent.

Quelle que soit sa préférence, comment publier sur son blog du contenu intéressant, ou faire parler de soi dans des médias, pour espérer apparaître dans ces Trending Storylines ? Et comment rebondir dessus pour vendre, sachant qu’attendre patiemment que des prospects aient une révélation en lisant vos articles et se ruent sur le téléphone pour vous appeler risque d’être décevant ?

Bref, quelles actions, quelles stratégies précises adopter avec Linkedin ?

La solution est d’adopter une approche hybride :

  • communiquer et faire passer son message grâce aux contenus
  • contacter spontanément des personnes intéressantes via l’interface et la messagerie interne

Vous voulez en savoir plus ? Discutons-en en commentaire ou lors d’une formation au sein du Social Selling Club.

 


Didier Castelnau
Didier Castelnau

Didier Castelnau est fondateur du site Social Selling Club.