Microsoft oriente son logiciel de tchat / visioconférence Skype vers la publication de contenus, en adoptant une approche typique des réseaux sociaux.

Il faut dire que Skype n’a pas beaucoup évolué au fil des années, même si’il recense 300 millions d’utilisateurs actifs chaque jour.

A l’été 2017, un pas stratégique est franchi.

Après Facebook, Instagram ou Snapshat qui proposent de publier des courtes tranches de vie (‘Stories’) en photo, vidéo plus ou moins enrichies par du texte ou des annotations, c’est au tour de Skype de coller aux nouveaux usages.

Skype Highlights : du partage de photo et vidéo en mode ‘Stories’

Une nouvelle fonction appelée Temps forts (Highlights en anglais) propose de partager des moments marquants à ses contacts..

Le contenu ainsi partagé est visible pendant une durée limitée, a priori 7 jours.

L’idée : permettre aux membres de cette plateforme d’échanger davantage des moments pro ou perso en photo/vidéo, pour créer du lien et aller au-delà de la simple conversation visio ou téléphonique.

SCOAIL skype stories

La nouvelle interface de l’appli Skype se tourne vers les réseaux sociaux et le partage de contenus en image/vidéo

L’éditeur donne un avant-goût de l’interface en vidéo :

 

Skype va-t-il sensibiliser des pros aux pratiques du grand public ?

Chez les pros, Skype s’est fait une place en permettant de passer des appels téléphoniques, faire une rapide visioconférence ou animer une équipe en télétravail. Des alternatives plus sophistiquées existent aujourd’hui comme Slack, qui permet d’animer de multiples canaux de discussion.

Pour les PME et grandes entreprises, la version Skype for Business, intégrée à Office 365, permet déjà d’animer de vastes réunions de groupe jusqu’à 250 personnes, avec de la traduction en temps réel, des interactions en temps réel avec Powerpoint, etc.

Certains pourront trouver un intérêt plus ou moins gadget aux fonctions de tchat : l’ajout d’émoticônes, le fait de pouvoir colorer des messages, etc. C’est aussi la marque d’une certaine culture digitale. Parfois c’est drôle, parfois c’est surfait et gonflant.

En tout cas, Microsoft voit en Skype un canal d’échanges pour acheter des tickets de concert, organiser un voyage… on peut tout à fait imaginer des pistes d’usage, de prise de contact ou de suivi dans une logique Social Selling.

On retrouvera donc pour les pros la même problématique que sur Linkedin ou ailleurs : pourquoi et comment partager du contenu intéressant ? En quoi cela va m’aider à être plus efficace, me faire connaître, fidéliser ou trouver des clients ?

Des bots et ‘Add-ins’ pour automatiser ses actions

L’autre évolution de Skype : l’introduction de bots pour automatiser certaines actions.

En ajoutant un bot à sa liste de contacts, on pourra exploiter des scénarios qui se répètent : inviter des contacts à une réunion, partager une vidéo, filtrer une adresse pour vérifier si elle est sûre, etc.

Dans la version Windows 10 de mon skype, j’en vois déjà une cinquantaine disponibles pour jouer (bof), automatiser avec le site IFTTT, décrire une image grâce à l’intelligence artificielle, etc.

Soyez prévenu de cette tendance : l’avenir pourrait appartenir à ceux capables d’exploiter des bouts de logiciels capables de faire une partie du boulot à leur place.

Social skype automatisation bots

Allez-vous développer votre “réseau” Skype comme sur Linkedin, Facebook, Instagram ?

Toujours dans mon Skype, j’ai environ 200 contacts (contre 8000 environ sur Linkedin ou dans ma base Google Contacts). D’ailleurs, Skype ne nous précise plus combien on en a exactement. Ces contacts peuvent me solliciter et je peux de mon côté les appeler, leur faire passer un message, leur signaler une information utile, etc. C’est bien plus engageant qu’un email.

En terme de vie privée et de perception des appels entrants, disons que l’identifiant Skype ressemble à ce qu’était le numéro de mobile lorsqu’on ne le partageait qu’à des proches. Il n’est pas très commun de partager son login au premier venu (pour éviter d’être dérangé), surtout si on est connecté en permanence. Mais comme Facebook a largement encouragé l’utilisation de la messagerie privée, les choses pourraient bien évoluer.

Evidemment, quel que soit l’outil, on doit rester sur les mêmes piliers : prendre contact implique de chercher à apporter quelque chose d’utile à l’autre, a priori après s’être déjà signalé et identifié depuis une prise de contact Linkedin par exemple, un échange lors d’un salon, etc. Sinon, ça ressemble vite à du spam et ça peut être très dérangeant pour l’interlocuteur, avec le risque de se faire signaler en cas d’abus.

Bref, Skype sera à suivre si on l’intègre déjà dans son quotidien d’entrepreneur, business developer ou simple commercial pour échanger avec des prospects.

A condition évidemment de bien maîtriser les principes de base du Social Selling.


Didier Castelnau
Didier Castelnau

Didier Castelnau est fondateur du site Social Selling Club.