Twitter en 280 signes : pratique d’avoir de la place, non ?

Incontournable pour les uns, en perte de vitesse selon les autres, Twitter a abandonné l’an dernier la limite historique des 140 signes pour autoriser ses utilisateurs à publier des messages 2 fois plus longs. Un détail qui change tout, et qui amène à un bilan !

Historiquement, Twitter s’est fait connaître auprès de ses 330 millions d’utilisateurs en les obligeant à caser l’information dans les 140 caractères d’un SMS. Oui, le masochisme existe à l’échelle planétaire.

Autant dire qu’il était pénible, pour les amoureux des mots comme moi, d’imaginer transmettre avec Twitter quelque chose d’intelligent (et d’intelligible).

D’accord, Twitter est très pratique pour partager un lien, une actu ou réagir en quelques mots.

Mais j’ai toujours trouvé cette limitation frustrante. Dans la vie ou sur internet, quand on veut communiquer des idées, mieux vaut avoir du caractère, or sur ce point Twitter nous affamait.

140 signes, la raison du succès

La contrainte des 140 signes a été la raison du succès planétaire de la plateforme de microblogging.

Elle a garanti à tous une information courte, rapide à lire et à interpréter. Un lien, quelques hashtags et une ou deux mentions, hop c’est plié. En mode express, je partage au monde entier ma veille, ce que j’ai à dire sur le monde, sur mon quotidien, etc.

Par snobisme, amour du défi, du langage ou de l’acrobatie syntaxique, beaucoup ont jugé amusant ou évident le fait de se plier à l’exercice d’une écriture abrégée, quitte à massacrer son propos (on m’indique dans l’oreillette qu’il n’a pas souffert).

Des esthètes de la virgule ont même poussé l’idée jusqu’à publier un roman sur Twitter.  Pour moi, l’exercice revient à faire entrer un yogi de 1m80 dans un cube de verre de la taille d’un carton de déménagement.

Pendant 11 ans, Twitter s’est donc limité à 140 caractères. Puis hourra, on est passé à 280 signes à l’automne 2017.

C’est pas la taille qui compte, mais…

Le bilan ?

D’après Twitter, on a toujours autant de messages courts. Ils sont majoritairement inférieurs à 50 signes, pour poster une réponse, un lien… Selon ses chiffres de 2017 sur le marché anglophone, seuls 5% des tweets font plus de 140 signes. Seuls 2% dépassent 190 caractères.

Les messages restent courts en général, mais pour ce que j’en vois, plusieurs conclusions s’imposent dans les tweets que j’observe dans la sphère professionnelle B2B :

► Les messages sont plus longs, avec une forme plus claire et plus élégante

► Le langage SMS devient quasi absent

► Les liens partagés sont moins souvent raccourcis, donc j’identifie mieux la source

 

Un grand nombre de professionnels et d’entreprises française n’ont pas encore de compte Twitter, alors que la plateforme touche plus de 4 millions d’utilisateurs par jour sur le seul marché national.

C’est pourtant un outil pratique pour partager sa veille, identifier des influenceurs et faire connaître sa vision du marché.

 

Pour rappeler quelques chiffres sur le nombre d’utilisateurs actifs au niveau mondial sur les différentes plateformes (source : Statista.com)

► Twitter : 330 millions (Q3 2017)

► Facebook : 2 milliards

► Linkedin : 250 millions d’utilisateurs actifs, 500 millions d’inscrits (source)

A propos de l'auteur

Didier Castelnau

Didier Castelnau est fondateur du site Social Selling Club.

Publier un commentaire

* champ obligatoire